Camille FILY

Un Lochois de 17 ans sur le Tour

Prendre le départ du Tour de France à 17 ans, c’est inimaginable de nos jours. Ça ne l’était pas au début du vingtième siècle. Camille Fily, membre de la SV Lochoise, l’a fait. C’était en 1904.

Montgeron au sud-est de Paris,  le 2 juillet 1904 à 9 h du soir : 88 coureurs prennent la route pour un raid de 467 km qui les mènera à Lyon. C’est la première étape du deuxième Tour de France.

Camille Fily, « le Gosse lochois » comme le surnomme les chroniqueurs,  est le benjamin de la troupe. Il a tout juste 17 ans.  Il est né à Preuilly-sur-Claise, en Indre-et-Loire, le 13 mai 1887. Aujourd’hui on crierait « au massacre ». Mais en 1904 personne ne cherche à dissuader le jeune homme  de s’aventurer dans une telle galère. Il rallie Lyon après 21 h 35’ de selle et se classe 23e à 4 h 28’ du premier, le célèbre Maurice Garin, vainqueur du Tour 1903. Pas mal quand on sait qu’au soir de ce premier jour 33 concurrents ont déjà abandonné. Le dernier de l’étape arrive le lendemain avec près de 20 heures de retard.

Ce Tour, long de 2428 km, est découpé en six étapes.  Le gamin Lochois s’y comporte merveilleusement bien : 16e de l’étape Lyon-Marseille, puis 6e de Marseille-Toulouse (424 km), il termine 14e de Toulouse-Bordeaux et encore 10e de Bordeaux-Nantes. Le 23 juillet au départ du dernier secteur, Nantes-Paris, 462 km, il pointe à la 9e place du classement général.

Camille Fily passe dans sa région, il veut se distinguer. A la faveur de la nuit, sans être vu, il s’échappe à Saumur. A Tours, acclamé par le public, il possède 17 minutes d’avance. A Amboise il en a 25. Mais il a présumé de ses forces et sa défaillance est terrible. Rejoint avant Blois il poursuit son chemin de croix jusqu’à Paris où il arrive avec un retard de quatre heures.

Il conserve malgré tout sa 9e place au général, bouclant la distance totale en 108 h 45’ 06’’ 3/5 à la moyenne de 22,325 km/h. Son retard est de 15 h 38’ sur le premier, Maurice Garin. 27 concurrents  sont arrivés à bon port. Le dernier, Antoine Deflotrière accuse un passif de 107 heures.

Le 30 novembre 1904 l’UVF (l’ancêtre de la FFC) déclasse les quatre premiers de l’épreuve. Ils auraient triché. Camille Fily remontait donc à la cinquième place. Il figurera longtemps à ce rang dans le palmarès officiel. Mais dans les années 80 on découvre que son nom appartenait à une liste de huit autres concurrents déclassés un peu plus tard pour des motifs obscurs. Le classement définitif de ce Tour 1904 ne comporte plus que 15 noms. Sans celui de Camille Fily.

En 1905 il prenait à nouveau le départ du Tour de France et terminait à la 14e place. Il ne reviendra jamais sur l’épreuve. Trois ans de service militaire et le mariage sont passés par là.

Camille Fily est mort au champ d’honneur, au Mont Kemmel le 11 mai 1918, fauché alors qu’il portait un message… en vélo.

REMERCIEMENT A SERGE BRARD POUR SON AIDE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×